Les comptes de la Nation et les comptes des administrations publiques en 2021

Paru dans le N°339 - 9 juin 2022
Finances publiques

L’INSEE a publié le 31 mai 2022 une étude sur les comptes de la Nation pour 2021(1), ainsi que sur les comptes des administrations publiques(2).

En 2021, le produit intérieur brut (PIB) - mesure de l’activité productive sur le territoire du pays - rebondit de 6,8 % en euros constants, après la chute de l’année 2020 (– 7,8 %). En moyenne sur l’année, le PIB demeure inférieur de 1,5 % à son niveau moyen en 2019.

La production repart nettement (+ 7,3 % après – 8,0 %). Le rebond est marqué dans la construction, dans les services marchands, surtout dans les services d’information communication, dans le commerce, les activités scientifiques, techniques et de soutien et enfin dans les services non marchands de santé ainsi que dans les biens d’équipement.

L’INSEE observe que la consommation effective des ménages rebondit nettement en volume en 2021 (+ 6,0 % après – 6,5 %) et se rapproche de son niveau d’avant‑crise en moyenne sur l’année (– 0,9 % par rapport à 2019). La hausse de la dépense individualisable des administrations publiques au profit des ménages (+ 8,4 % après – 5,7 %), qui comprend notamment les tests et vaccins contre la Covid-19, y contribue nettement.

Les échanges extérieurs, très affectés par la crise sanitaire en 2020, rebondissent sans retrouver leur niveau de 2019, de même que les dépenses des touristes : en volume, les exportations progressent de 8,8 % en 2021 (après – 16,8 % en 2020) et les importations de 8,0 % (après – 12,8 %).

En 2021, le déficit public au sens de Maastricht atteint 160,7 milliards d’euros (Mds€), soit 6,4 % du produit intérieur brut (PIB), en baisse de 44,9 Mds€ par rapport à 2020.

Parmi les composantes qui conduisent à ce résultat, le déficit de l’État, à 143,7 Mds€, s’améliore de 36,4 Md€ par rapport à 2020. Les collectivités locales dégagent un excédent de 4,7 Mds€ (après 0,2 Md€ en 2020), porté par les communes (4,6 Md€, après 3,1 Mds€ en 2020) et les départements (excédent de 1,6 Md€, après un déficit de 1,3 Md€ en 2020). Le déficit des régions reste stable, à 1,7 Md€.

En 2021, le besoin de financement des administrations de sécurité sociale (ASSO) se réduit, à 16,7 Mds€, après 46,0 Mds€ en 2020. Cette diminution du déficit des ASSO provient à la fois d’une augmentation franche des recettes (+ 8,4 % après − 3,4 %) et d’un ralentissement des dépenses (+ 3,4 % après + 6,3 %), sous l’effet de la reprise de l’activité économique et de l’extinction progressive de certaines mesures d’urgence.

Les recettes publiques augmentent fortement du fait du rebond de l’activité et des financements par l’Union européenne du plan de relance. Ce dernier contribue à maintenir une progression dynamique des dépenses. En 2021, les recettes publiques augmentent de 8,4 % par rapport à 2020. Le taux de prélèvements obligatoires (net des crédits d’impôt) demeure quasi stable à 44,3 % du PIB, après 44,4 % en 2020.

Les impôts courants sur le revenu et le patrimoine rebondissent fortement en 2021 (+ 18,9 Mds€, après − 9,3 Md€ en 2020) du fait notamment de l’augmentation marquée des recouvrements bruts de l’impôt sur les sociétés. Les recouvrements de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ont également nettement rebondi après une année 2020 marquée par les restrictions de déplacement. Enfin, les autres recettes progressent fortement (+ 14,3 Mds€), du fait du financement européen de "France relance", évalué à 14,4 Mds€ en comptabilité nationale en 2021.

Les dépenses des administrations publiques augmentent de nouveau fortement, + 4,0 % en 2021 après + 5,1 % en 2020. En particulier, les subventions et autres transferts versés restent très dynamiques (+ 12,5 % en 2021, après + 12,2 % en 2020) sous l’effet du maintien des dépenses liées à la crise sanitaire.

La dette publique au sens de Maastricht augmente de 164,9 Mds€ en 2021 et s’établit à 2 813,1 Mds€. Le ratio de dette publique en point de PIB se réduit à 112,5 %, après 114,6 % fin 2020, principalement en raison du rebond du PIB.


Informations légales | Données personnelles