Présentation du plan de soutien à l’aéronautique pour une industrie verte et compétitive

Paru dans le N°298 - 25 juin 2020
Marchés

Particulièrement touché par les conséquences de la crise sanitaire, le secteur du transport aérien pourrait afficher des pertes de chiffre d’affaires dépassant les 280 milliards d’euros pour l’année 2020. Alors qu’Airbus a été contraint de réduire de 35 à 40 % les cadences de production de ses principaux programmes, la crise pourrait menacer les 300 000 emplois de la filière aéronautique française et son chiffre d’affaires de 58 milliards d’euros.

L’ambition du plan de soutien à cette industrie également confrontée à la nécessité d’opérer sa transition écologique est d’assurer la position de la filière française en tant que leader mondial d’un marché de l’aéronautique décarboné(1).

Représentant 15 milliards d’euros, le plan a été élaboré en lien avec le groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) et l’ensemble des industriels du secteur et notamment les quatre principaux industriels du GIFAS (Airbus, Safran, Dassault et Thalès).

Cette stratégie s’appuie notamment sur le soutien des entreprises en difficulté afin de préserver les emplois. Le premier volet du plan prévoit ainsi de prolonger les aides apportées dès le mois de mars aux entreprises de la filière qui a déjà bénéficié 1,5 milliard d’euros de prêts garantis par l’Etat (PGE) à la mi-mai, et d’adapter les dispositifs d’activité partielle de longue durée.

En outre, les garanties à l’export seront renforcées, et en particulier le dispositif de l’assurance-crédit publique permettant à Bpifrance Assurance Export de soutenir financièrement les transactions. Un moratoire sur le remboursement de leurs crédits à l’export des compagnies aériennes a par ailleurs été autorisé. La commande publique militaire, de la gendarmerie et de la sécurité civile alimentera le plan de charge de la filière à hauteur de 832 millions d’euros.

Le deuxième volet repose sur l’accélération de la transformation de la filière via l’investissement dans les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Dans cette optique, deux fonds sont mis en place :
- un fonds d’investissement aéronautique à fonds propres auquel participeront Bpifrance et les quatre principaux industriels du GIFAS avec pour objectif une capacité de financement d’un milliard d’euros ;
- un fonds de 300 millions d’euros de subventions pour accompagner les entreprises fournisseurs et sous-traitantes de la filière dans leurs transformations et leur montée en gamme.

Enfin, le troisième volet prévoit l’investissement d’1,5 milliard d’euros d’aides publiques sur les trois prochaines années pour soutenir la R&D et l’innovation du secteur avec une première dotation de 300 millions d’euros dès 2020. L’objectif est de faire de la France l’un des pays les plus avancés dans les technologies de l’avion « vert ».

Informations légales | Données personnelles