La Banque centrale européenne publie une enquête sur l’accès des petites entreprises au financement entre octobre 2019 et mars 2020

Paru dans le N°296 - 28 mai 2020
Entreprises

La Banque centrale européenne (BCE) a conduit une enquête auprès d’entreprises de la zone euro sur leur accès au financement (SAFE, pour « access to finance of enterprises ») entre octobre 2019 et mars 2020(1 et 2). Sur les 11 236 interrogées, l’étude cible en particulier les petites et moyennes entreprises (PME) comptant moins de 250 salariés représentant 92% du panel, soit 10 287 entreprises.

Il apparaît que le chiffre d’affaires des PME a fortement diminué dans le contexte de la crise sanitaire, avec une baisse de 2 % en termes nets contre +20 % au cours du semestre précédent : une telle évolution n’avait pas été enregistrée depuis 2014. Les bénéfices ont également diminué de 15 % sur cette période contre -1 % au semestre précédent, en particulier en Italie (-36 %, contre -16 %) et en Grèce (-28 %, contre -15%). Le secteur de l’industrie a été tout particulièrement touché.

Le deuxième constat établi par l’étude de la BCE est celui d’un ralentissement de la disponibilité des financements externes pour les PME, ce taux étant passé de 10 % au semestre précédent à 5 % pour la période d’octobre 2019 à mars 2020. Si la propension des banques à accorder des crédits a diminué, passant de 14 % à 11 %, cette évolution est également attribuée par les PME à l’état de leur situation financière pour la première fois depuis septembre 2014 ainsi qu’aux perspectives économiques générales.

Les entreprises ont également été interrogées sur leurs prévisions d’accès à des financements externes, permettant ainsi d’anticiper les impacts possibles de la crise sanitaire : les PME s’attendent à une détérioration significative de l’accès aux prêts bancaires pour l’ensemble des secteurs d’activité, avec des anticipations qui sont passées de 4 % à -11 % pour la zone euro et de -9 % à -12 % pour les PME françaises.

Par ailleurs, l’étude de la BCE révèle que la principale préoccupation des PME interrogées demeure le manque d’accès à une main-d'œuvre qualifiée et à des managers auquel s’ajoute la difficulté à trouver des clients. Elles identifient le niveau de la demande de leurs propres produits et les coûts de main-d'œuvre comme les deux facteurs principaux influant sur la fixation des prix et services au cours des douze prochains mois.

Informations légales | Données personnelles