Agnès Pannier-Runacher et l’Arcep présentent les onze premiers projets de plateformes d’expérimentations 5G retenus

Paru dans le N°282 - 24 octobre 2019
Marchés

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances, et Sébastien Soriano, président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), ont présenté les onze premiers projets de plateformes d’expérimentation 5G retenus.(1) La 5G est une technologie clé pour stimuler l’innovation et favoriser la transformation numérique de l’économie.

Déposées en réponse à l’appel à la création de plateformes d’expérimentation 5G lancé par le Gouvernement en janvier 2019, ces propositions sont l’occasion d’explorer les possibilités offertes par le développement de réseaux expérimentaux 5G en bande 26 GHz permettant des débits élevés. Elles ont été développées par des opérateurs de réseaux mobiles et des équipementiers télécoms mais également par des non-spécialistes des télécommunications. En ouvrant l’accès à des plateformes d’expérimentation 5G à des entreprises innovantes de technologies et de service, le Gouvernement et l’Arcep souhaitent lever deux freins à l’innovation : le coût, et les compétences techniques nécessaires à l’installation de ces réseaux, notamment pour les acteurs les moins familiers des télécommunications. Ces tests de cas d’usages doivent permettre de faire mûrir l’écosystème français avec un temps d’avance sur cette bande de fréquences. Ils apporteront un premier retour d’expérience pour identifier les types d’usages innovants.

L’Arcep a autorisé les onze premiers projets retenus à utiliser les fréquences 26 GHz pour une durée pouvant aller jusqu’à trois ans. Ils entreront ainsi en phase test et devront disposer d’un réseau expérimental 5G opérationnel d’ici le 1er janvier 2021 au plus tard. De nouveaux dossiers seront instruits au cours des prochaines semaines par l’Arcep.

Divers domaines sont concernés, et notamment la logistique avec le projet de port connecté du Havre et la mobilité avec les services en gare à destination des trains ou du grand public proposés par la gare de Lyon-part-Dieu et la gare de Renne.

En partenariat avec plusieurs opérateurs, le futur site olympique du Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines souhaite appliquer la technologie 5G à la couverture d’événements sportifs.

L’Établissement public d’aménagement Paris la Défense doit quant à lui expérimenter plusieurs options de déploiement de la 5G dans un environnement urbain particulièrement dense.

Informations légales | Données personnelles