L’ACPR publie une étude sur les modèles d’affaires des nouveaux acteurs bancaires

Paru dans le N°261 - 8 novembre 2018
Entreprises

Le 10 octobre 2018, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) a publié une étude portant sur les modèles d’affaires des banques en ligne et des néobanques(1). Cette étude propose un état des lieux des modèles d’affaires des nouveaux acteurs bancaires et formule plusieurs conclusions destinées au développement de ces entités à l’horizon 2020.

Compte tenu de la disparité de leur statut, de leur date de création et de l’étendue de leur influence géographique, l’ACPR a opéré une sélection de ces nouveaux acteurs. L’étude s’est ainsi focalisée sur les banques en ligne et néobanques présentes sur le marché des particuliers résidant en France selon leur modèle d’affaires (relation client à distance et offre de compte courant) et leur représentativité.

En premier lieu, l’ACPR souligne que les modèles d’affaires de ces acteurs présentent plusieurs caractéristiques communes. Ils privilégient l’usage d’outils de relation à distance (web, applications mobiles, service client à distance) et maintiennent pour certains un accueil physique pour les opérations difficilement réalisables à distance à l’instar de la délivrance de chèques de banque ou de remise de chèque.

En outre, ces acteurs disposent d’une entité juridique propre et se présentent de manière indépendante ou bien complémentaire des réseaux bancaires auxquels ils appartiennent. Ils utilisent pour attirer leur clientèle, des pratiques tarifaires extrêmement compétitives – prix comparativement plus bas et primes de bienvenue élevées. Leurs différences se manifestent dans leurs orientations de recherche de clientèle, leurs politiques de tarification, ainsi que sur la capitalisation de leurs spécificités (marque, diversification géographique, produit).

En second lieu, l’ACPR évalue les perspectives de rentabilité de ces néobanques. Si elles constituent une part accrue du marché des services bancaires avec près de 4,4 millions de clients à fin 2017 soit potentiellement 6,5% de la population française, elles peinent à parvenir à un résultat net positif en fin d’année. L’enjeu est ainsi de pouvoir maintenir la dynamique engagée avec un objectif pour 2020 d’un total de 13,3 millions de clients tout en faisant face à une concurrence accrue des groupes bancaires traditionnels ayant amorcé leur transformation numérique et proposant des services similaires.

Enfin, l’étude de l’ACPR expose les plans stratégiques mis en place par ces acteurs afin de pallier les difficultés de rentabilité et de développement auxquelles ils doivent faire face pour se maintenir dans le temps : - Conquérir de nouveaux clients afin d’assoir la notoriété de la marque et permettre des économies d’échelle ; - Augmenter le nombre de comptes bancaires des clients souscripteurs et développer les services non bancaires qui permettent de fidéliser la clientèle   ; - Maîtriser l’évolution des frais généraux et le coût du risque en dégageant de meilleurs résultats financiers.

L’ACPR souligne l’importance du rôle des banques en ligne et néobanques dans l’expérimentation et le développement de l’innovation et les reconnaît comme des acteurs essentiels de transformation de la banque de détail.

Informations légales | Données personnelles