Note de la Direction générale du Trésor « Perspectives mondiales au printemps 2018 : une croissance toujours soutenue »

La Direction générale du Trésor (DG Trésor), notamment chargée d’établir des prévisions économiques, a publié le 29 mars 2018 une note intitulée « Perspectives mondiales au printemps 2018 : une croissance toujours soutenue »(1) .

Cette note souligne qu’après deux années de ralentissement, l’activité mondiale a nettement accéléré en 2017 pour atteindre +3,7%, portée à la fois par les économies avancées et émergentes. Selon la DGTrésor, elle devrait continuer à croître à un rythme similaire en 2018 et en 2019 (+ 3,8%).

En ce qui concerne les économies avancées, les situations diffèrent selon les pays. Aux Etats-Unis, l’activité accélèrerait nettement (+2,7% en 2018 et 2019 après +2,3% en 2017) grâce à la mise en place de mesures budgétaires expansionnistes. Au Japon, l’activité ralentirait mais resterait dynamique en 2018 et en 2019 (+1,5% en 2018, +1,2% en 2019 après +1,6 % en 2017), soutenue à la fois par l’essor des exportations et de la demande intérieure. Une diminution de la croissance au Royaume-Uni est également prévue et s’expliquerait par les incertitudes liées au Brexit.

Pour la zone Euro, l’activité économique poursuivrait sa reprise à un rythme soutenu : +2,5% en 2018 et + 2,3% en 2019. La croissance serait portée par le dynamisme de la demande intérieure dans un contexte de regain de confiance des ménages et des entreprises et par le dynamisme de la demande mondiale. La note indique que « l’investissement resterait dynamique, soutenu par la poursuite de la reprise du crédit, toujours favorisée par la politique monétaire accommodante de la BCE et par des conditions de financement favorables, et malgré la fragilité persistante des banques dans certains pays ». A l’horizon 2019, avec la diminution du chômage et l’accroissement des tensions sur le marché du travail, les salaires et l’inflation sous-jacente augmenteraient progressivement. Parmi les grands pays de la zone euro, la croissance resterait dynamique mais afficherait un léger recul en Espagne, tandis qu'elle resterait stable en Allemagne en raison d'une politique budgétaire légèrement expansionniste, ainsi qu’en Italie.

En ce qui concerne les principales économies émergentes, la croissance augmenterait fortement au Brésil et dans une moindre mesure en Inde, resterait globalement stable en Russie et diminuerait fortement en Turquie. La Chine, quant à elle, connaîtrait un ralentissement graduel à l'horizon de la prévision sous l'effet d'une réduction progressive du stimulus monétaire et budgétaire.

La croissance mondiale resterait riche en échanges commerciaux. Le commerce mondial a fortement accéléré en 2017 pour atteindre une croissance de +5,3 %, après deux années de croissance modérée autour de +2,0 %. Il resterait dynamique en 2018 et 2019 (respectivement +5,1 % et +4,7 %), bien qu'en léger ralentissement. La demande mondiale adressée à la France suivrait le même profil sur l'horizon de prévision. La note précise que ce scenario est exposé à d'importants aléas dont la mise en place de mesures protectionnistes, notamment aux États-Unis, qui pèseraient sur le commerce mondial, les risques politiques en zone euro, ou encore  l’ampleur des effets du Brexit.
 
Notes
puce note Trésor-éco n° 218 – Mars 2018 « Perspectives mondiales au printemps 2018 : une croissance toujours soutenue » (pdf)
 
 
Informations légales | Données personnelles