Analyse de la DARES du 10 février 2022 : Télétravail durant la crise sanitaire : Quelles pratiques en janvier 2021 ? Quels impacts sur le travail et la santé ?

Selon l’analyse de la DARES du 10 février 2022(1), 27% des salariés pratiquaient le télétravail en janvier 2021 contre 4% en 2019. 8 télétravailleurs sur 10 souhaitent le poursuivre, en réduisant cependant son intensité. 7 télétravailleurs sur 10 ont une pratique régulière du télétravail, aboutissant à des horaires décalés et des durées de travail allongées.

Son vécu est contrasté selon les personnes. Pour les télétravailleurs qui disposent de moyens matériels peu adaptés, voire inexistants, pour le travail à distance, le soutien social se détériore tandis que croissent les autres risques psychosociaux et les troubles de la santé. Pour les femmes et les agents de la fonction publique, le télétravail occasionne davantage de difficultés que pour les salariés du secteur privé.

1 – La DARES observe une intensité du travail, des exigences émotionnelles et une conciliation plus dégradée pour les femmes : Les télétravailleuses signalent davantage que les télétravailleurs la dégradation des exigences émotionnelles : elles ressentent davantage une hausse des tensions au travail et sont plus souvent bouleversées dans leur travail.

Par rapport à l’avant crise, elles sont plus nombreuses à subir une augmentation de la pression au travail, devoir penser à trop de choses à la fois, ou encore, recevoir des ordres contradictoires. La composante féminine est plus forte dans le groupe des télétravailleurs qui éprouvent des difficultés matérielles.

2 – D’après la DARES, les agents de la fonction publique rencontrent des difficultés accrues : Même au sein de groupes homogènes en matière de pratique du télétravail, les conditions de travail évoluent différemment pour les agents de la fonction publique et les salariés du privé.

Comparativement au secteur privé, le télétravail dans le public s’accompagne d’une plus forte dégradation des conditions de travail selon plusieurs dimensions : les conflits de valeur, les difficultés de conciliation entre vie privée et professionnelle, les exigences émotionnelles, la durée et l’intensité du travail.

En revanche, les télétravailleurs du public sont relativement préservés du sentiment d’insécurité de l’emploi : ce dernier a augmenté avec la crise chez tous les télétravailleurs mais de manière bien plus marquée dans le privé (+30 points, contre +11 points dans le public). Un peu plus que ceux du privé, les télétravailleurs réguliers du secteur public ont gagné en autonomie et retrouvé plus de sens à leur travail.
 
Notes
puce note (1) Dares - Analyse n° 9 du 10 février 2022 : Télétravail durant la crise sanitaire : Quelles pratiques en janvier 2021 ? Quels impacts sur le travail et la santé ?
 
 
Informations légales | Données personnelles