Rapport de la Cour des comptes sur les nouveaux services de proximité de la Poste

La Cour des comptes a rendu public le 23 septembre 2021 un rapport (1) sur les nouveaux services de proximité de la Poste. A fin 2019, le groupe La Poste emploie 248 906 collaborateurs «postiers» (en ETP, dont près de 19% hors de France), dont 70 000 facteurs, et s’appuie sur un réseau postal de 17 007 points de contacts en France (7 741 bureaux de poste et 9 266 relais -partenaires déployant des services postaux).

Le groupe La Poste a réalisé un chiffre d’affaires de 31,2Mds€ en 2020 (dont 40% à l’international) pour un résultat d’exploitation de 3,1 Mds€. Il est détenu à 66 % par la Caisse des dépôts et consignations (CDC -actionnaire majoritaire depuis mars 2020) et à 34 % par l’Etat.

La part des nouveaux services de proximité dans le chiffre d’affaires du groupe la Poste croît mais demeure faible (1,65 % en 2019 contre 0,2% en 2016). Cet accroissement provient aussi de l’acquisition de sociétés tierces.

Du fait de la généralisation des communications électroniques, les services historiques de distribution du courrier papier par la Poste sont en déclin et la Poste a fait le choix stratégique depuis 2014 (réorganisation Ambition 2020) de développer de nouveaux services de proximité : "des prestations de services, au service de la multitude (entreprises, professionnels, particuliers, collectivités territoriales, organisations publiques ou privées), nécessitant un réseau humain engagé et un maillage territorial fort, catalysées par le numérique".

Au vu de la forte de croissance des colis, la Poste a poursuivi ses investissements dans les infrastructures de distribution, en s’appuyant sur le réseau des facteurs pour opérer en partie des services liés au vieillissement de la population (silver santé), à la transition écologique et aux services destinés à simplifier le quotidien dans les territoires.

La Cour des comptes observe que les résultats de cette stratégie de multi-activités sont avérés pour des missions comme l’organisation des examens théoriques du code de la route, les services à la personne, la collecte et le transfert de documents au profit des entreprises et des administrations.

D’autres activités ont un potentiel qui doit encore être confirmé : le recyclage des déchets de bureau, la location de vélos, les offres d’e éducation, l’intermédiation dans la rénovation énergétique, les services de data aux collectivités, le portage de repas et les prestations liées aux prestations de santé à domicile et à la coordination des parcours de soins.

D’autres offres n’ont pas prospéré ou leurs résultats financiers sont peu concluants, comme l’aide à la télé-déclaration d’impôts, l’intermédiation de travaux simples à domicile, les conseils à l’éco mobilité pour les collectivités ou les initiatives entrepreneuriales.

Le chiffre d’affaires de la Poste progresse mais la Cour des comptes observe qu’elle donne trop peu de détails sur la rentabilité de sa stratégie de multi activités. La crise sanitaire a pu servir de catalyseur à de nouveaux services de proximité et la Poste a accompagné les pouvoirs publics dans la gestion de la crise en distribuant des masques aux PME et aux personnes précaires, en aidant les commerces de proximité (notamment les librairies) à la numérisation de leur offre de produits.

La Cour estime que la Poste devrait mettre davantage en avant sa marque et mieux s’appuyer sur ses postiers pour que le grand public et les petites entreprises identifient mieux ces nouveaux services. Enfin, son plan « La Poste 2030 » doit tirer les enseignements de la crise sanitaire pour poursuivre sa stratégie de diversification.

Dans cette perspective, la Cour formule quatre recommandations :

Recommandation n° 1: Tirer les enseignements des conséquences de la crise sanitaire et économique en regroupant sur une puissante place de marché commune, sur la Poste.fr, les offres de e-commerce de proximité.

Recommandation n°2 : Présenter a minima une fois par an, au conseil d’administration un état détaillé et exhaustif des nouveaux services de proximité, qu’ils soient organiques ou issus d’opérations de croissance externe, en précisant leur bilan financier, les perspectives de développement et de rentabilité et, le cas échéant, les raisons de leur abandon.

Recommandation n° 3: Faire un état des lieux complet des participations réciproques et s’appuyer sur des synergies et des points de convergence stratégique entre le groupe La Poste et le groupe Caisse des dépôts en matière de nouveaux services de proximité.

Recommandation n° 4: Mettre en œuvre un plan relatif aux ressources humaines pour accompagner le développement des nouveaux services de proximité.
 
Notes
puce note (1) Rapport de la Cour des comptes : les nouveaux services de proximité de la Poste
 
 
Informations légales | Données personnelles