Évolutions et perspectives des retraites en France, Rapport annuel du COR - Juin 2021

La loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraite confère au Comité d’orientation des retraites (COR) la mission "de produire, au plus tard le 15 juin, un document annuel et public sur le système de retraite, fondé sur des indicateurs de suivi définis par décret au regard des objectifs énoncés [par la loi]".

Rendu public en juin 2021, ce huitième rapport annuel du COR dresse un constat des évolutions du système français des retraites au regard des objectifs qui lui sont assignés et en présente les projections à l’horizon 2070 compte tenu de ces hypothèses économiques, démographiques et règlementaires.

De forts aléas entourent ces travaux de projection, l’évolution du contexte économique des prochaines années dépendant largement de celle de l’épidémie et des mesures sanitaires prises.

Quelle est la part de la richesse nationale consacrée aux retraites ? La part des dépenses de retraite dans le PIB a atteint un niveau particulièrement élevé en 2020, à 14,7% de la richesse nationale. La part des dépenses diminuerait dès 2021 avec le rebond de l’activité et en raison de la surmortalité liée à la crise sanitaire. Elle retrouverait un niveau proche d’avant crise à compter de 2022, à 13,7 % environ jusque 2030. La part des dépenses de retraite diminuerait de 2030 à 2070 dans tous les scénarios: elle varierait ainsi de 11,3 % à 13,0 % à l’horizon de la projection

Dépenses du système de retraite en % du PIB observées et projetées :



L’évolution de la part des dépenses de retraite dans le PIB est donc maîtrisée sur la période de projection. La grande variabilité d’un scénario économique à l’autre traduit la forte dépendance du système de retraite à la croissance, qui s’explique par la revalorisation sur les prix des droits acquis et des pensions.

Pourquoi la part des dépenses de retraite baisserait-elle dans le PIB sur le long terme ?

La part des dépenses de retraite baisserait à long terme malgré le vieillissement de la population française ; le ratio entre le nombre de personnes de 20 à 59 ans et celui des personnes de 60 ans et plus passerait de 1,9 en 2020 à 1,3 en 2070. Pour autant, malgré cette évolution démographique défavorable, les dépenses de retraites en pourcentage du PIB diminueraient du fait de la baisse de la pension moyenne rapportée aux revenus d’activité : la pension continuerait de croître en euros constants, mais moins vite que les revenus.

Comment ces dépenses sont-elles financées ?

Les prélèvements pour financer les retraites représentent actuellement près de 31 % des revenus des actifs. 75% du financement du système de retraite proviennent de cotisations sociales. Le reste des ressources est constitué d’impôts et taxes affectés et d’autres ressources qui proviennent des prises en charge de l’État, de transferts d’organismes tiers, tels que l’assurance chômage ou la branche famille. En 2020, les ressources du système de retraite, au contraire de ses dépenses, ont subi de plein fouet le repli brutal de l’activité. Elles ont baissé de 4 % en termes réels par rapport à 2019. En conséquence, le déficit du système de retraite s’est creusé et a atteint 0,8 % du PIB en 2020.

Quelles conséquences sur le niveau de vie des retraités ?

En 2018, le niveau de vie moyen des retraités est légèrement supérieur (de l’ordre de 2,9%) à celui de l’ensemble de la population. Il est relativement stable depuis 1996, alors qu’il avait fortement progressé depuis 1970. Le taux de pauvreté des retraités est sensiblement inférieur à celui de l’ensemble de la population depuis les années 1980 (8,7 % contre 14,8 % en 2018).

Quelle équité entre les générations au regard de la retraite ?

Les comparaisons entre générations laissent apparaître des résultats contrastés. Par rapport aux générations qui partent actuellement à la retraite (nées au milieu des années 1950), les générations plus jeunes seraient pénalisées par des taux de cotisation plus élevés et un montant moyen de pension plus faible relativement au revenu d’activité moyen. Les femmes actuellement retraitées ont une durée espérée de retraite d’environ 4 ans supérieure à celle des hommes, mais cet écart devrait se réduire pour les générations futures.

 
Notes
puce note (1) Évolutions et perspectives des retraites en France, Rapport annuel du COR –Juin 2021
 
 
Informations légales | Données personnelles