Evaluation des comptes nationaux des administrations publiques 2020 par l’INSEE

Chaque année, l’INSEE publie en mars une première évaluation des comptes nationaux des administrations publiques sur l’année écoulée (1). Ces données sont susceptibles d’être modifiées à l’occasion de la publication des comptes nationaux en mai.

En 2020, le déficit public pour 2020 s’établit à 211,5 milliards d’euros, soit 9,2 % du produit intérieur brut (PIB) contre 3,1% en 2019.

Les dépenses augmentent de 5,5% en 2020 (7,1% hors crédits d’impôts) contre 2,6% en 2019. Cela résulte en partie de l’augmentation des dépenses de fonctionnement (+2,3%) due à la hausse des rémunérations versées au personnel hospitalier. La charge d’intérêts de la dette diminue nettement (-14,4%) du fait du maintien des taux à moyen et long terme à des niveaux historiquement bas et de la faiblesse de l’inflation. En revanche, les prestations sociales augmentent fortement de 8% contre 2,7% en 2019, sous l’effet principalement des mesures prises pour l’activité partielle. Les subventions connaissent une forte croissance par les aides versées par le fonds de solidarité pour les entreprises et les exonérations de cotisations ciblées sur les entreprises les plus touchées par la crise

Les recettes diminuent de 5,0 % après une progression de +1,1 % en 2019. Les revenus de la propriété chutent de 25%, les ventes et autres recettes d’exploitation déclinent ainsi que les recettes de contrôle et exploitations aériens. Le produit de la TVA chute de 12,8Mds€ tandis que le rendement de la taxe intérieure de consommation de produits énergétiques accuse une nette baisse, de 4,4 milliards d’euros (−14%), en raison des restrictions de déplacements décidées dans le contexte de la crise sanitaire. Les impôts sur le revenu et le patrimoine diminuent de 14,4Mds€, les cotisations sociales de 4,1% et les cotisations employeurs de 4,3%.

La dette au sens de Maastricht (2) augmente de 270,6 Md€ et s’établit à 115,7 % du PIB. Cette dette s’accompagne d’une hausse de la trésorerie des administrations publiques (+76,5Mds€). Ainsi la dette nette s’accroît moins fortement que la dette brute. L’Etat et les administrations de sécurité sociale s’endettent en émettant des titres obligatoires. Les administrations publiques locales (Apul) contribuent également à l’augmentation de la dette, à hauteur de 19,5 Mds€.

 
Notes
puce note (1) Insee - Comptes nationaux des administrations publiques - premiers résultats (PIB) - année 2020 - En 2020, le déficit public s’élève à 9,2 % du PIB, la dette notifiée à 115,7 % du PIB
puce note (2) La dette annuelle des administrations publiques est notifiée à la Commission européenne deux fois par an, fin mars et fin septembre. Il s’agit d’une dette brute au sens où l’on ne soustrait pas aux éléments de passifs les actifs financiers des administrations publiques.
 
 
Informations légales | Données personnelles