Etude de l’Insee sur le temps de travail des salariés du commerce de détail

Selon l’étude de l’INSEE n° 1836 parue le 27 janvier 2021(1) les salariés du commerce de détail ont des horaires de travail plus atypiques et sont plus souvent à temps partiel que l'ensemble des salariés du tertiaire marchand.

Les boulangers-pâtissiers et professions commerciales (caissiers, vendeurs, chefs de petites surfaces de vente, employés de libre-service, etc.) ont les horaires les plus atypiques. Les caissiers et les boulangers-pâtissiers sont les plus concernés par le travail du week-end, les horaires variables d'une semaine à l'autre et le travail du soir ou de nuit. Dans le commerce de détail, plus les salariés sont jeunes, plus leurs horaires sont atypiques, même à métier égal.

Le travail nocturne est presque exclusivement masculin, tandis que les femmes ont des horaires plus irréguliers. Dans les commerces de détail alimentaires en magasin, aux horaires d'ouverture plus étendus, les salariés ont des contraintes temporelles plus fortes que dans les commerces non alimentaires.

Les salariés de la logistique du commerce de détail (manutentionnaires, conducteurs-livreurs, responsables d'entrepôt, etc.) ont des horaires moins atypiques que les salariés de l'ensemble du commerce de détail. Néanmoins, les ouvriers de la logistique travaillent majoritairement le samedi, et les ingénieurs et techniciens sont proportionnellement plus nombreux que l'ensemble des salariés du secteur à travailler le soir (29 %) et la nuit (12 %).

Figure : Horaires de travail atypiques des salariés du commerce de détail

Note : le score d'horaires atypiques mesure le cumul des 5 sortes d'horaires atypiques pour les salariés d'une profession.
Il peut varier de 0 (situation où aucun salarié n'aurait d'horaires atypiques) à 5 (situation où la totalité des salariés cumuleraient horaires variables d’une semaine sur l’autre, travail le samedi, le dimanche, le soir et la nuit au moins une fois au cours des 4 dernières semaines). Lecture : en 2019, les boulangers-pâtissiers cumulent en moyenne 2,3 horaires atypiques.


40 % des salariés des grandes surfaces alimentaires (GSA) ont des horaires irréguliers : pour les salariés des commerces de détail alimentaires en magasin, les contraintes temporelles sont plus fortes que pour les autres salariés du commerce de détail, avec pour point commun un travail fréquent le week-end (84 % le samedi et 31 % le dimanche).

Les jeunes travaillent plus souvent le week-end : comme dans l'ensemble du tertiaire marchand, plus les salariés sont jeunes, plus leurs horaires de travail sont atypiques. Notamment, les salariés de moins de 25 ans (un salarié sur cinq dans le commerce de détail) travaillent plus fréquemment le week-end : 85 % le samedi et 31 % le dimanche, contre 77 % et 23 % pour l'ensemble des salariés du secteur.

Près de la moitié des salariés à temps partiel s'y déclarent contraints. Le métier de caissier est unique dans le commerce de détail par la prédominance du temps partiel (60 % des salariés, et jusqu'à 66 % dans les GSA), sans différence significative entre les femmes et les hommes. Cette proportion très élevée atteint même 75 % pour les salariés de moins de 25 ans (81 % dans les GSA). La moitié des salariés de moins de 25 ans à temps partiel du commerce de détail déclarent être à temps partiel pour suivre des études (ils ne sont que 4 % entre 25 et 39 ans). Trois sur quatre sont caissiers ou vendeurs et près de la moitié sont employés par les grandes surfaces alimentaires.
 
Notes
puce note (1) Insee - Les salariés du commerce de détail : des horaires souvent atypiques, un temps partiel fréquent
 
 
Informations légales | Données personnelles