Bilan 2020 sur l’exécution du plan de relance

Le ministère de l’économie, des finances et de la relance a publié le 21 janvier le bilan de l’exécution du plan de relance à fin 2020 (1). Présenté le 3 septembre 2020, le plan de relance visant à soutenir le rebond de l’activité et l’emploi à court terme a été doté de 100 milliards d’euros.

L’objectif de déploiement de 10% du plan de relance dès 2020 a été tenu. 11 milliards d’euros du plan de relance ont été engagés en 2020 et 9 milliards d’euros ont été effectivement versés.

En 2021, le ministre de l’économie a fixé comme objectif le déploiement de 40 milliards d’euros supplémentaires.

Concernant le volet de soutien aux plus jeunes, sur les 485 000 contrats d’apprentissage signés en 2020, 27% ont bénéficiés de l’aide exceptionnelle du plan de relance. Le nombre de contrats signés a par ailleurs augmenté de 28% depuis 2019.

La mise en place de la prime à l’embauche pour les jeunes de moins de 26 ans sur des contrats d’au moins trois mois a permis plus d’un million d’embauches en 2020.

Les contrats aidés pour les jeunes sont également soutenus par le plan de relance, tel que le contrat d’initiative emploi (CIE), le parcours emploi compétences jeunes (PEC jeunes) et l’insertion par l’activité économique (IAE) pour les jeunes.

Concernant le volet écologique, plus de 192 000 dossiers d’aides mensuelles au titre du dispositif MaPimeRenov (2) ont été déposés dont 73% ont été validés avant la fin 2020 pour un montant total de travaux s’élevant à 1,560 milliards d’euros. L’aide a vocation à financer les dépenses engagées pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique du domicile.

Le plan de relance a également permis d’accélérer la rénovation thermique des bâtiments publics. 6682 projets ont été déposés pour une demande de 8,4 milliards d’euros. 63% des projets ont été retenus pour un total de 2,7 milliards d’euros. Une enveloppe de 1,3 milliards d’euros permettra de financer les travaux des universités, les écoles d’enseignements supérieurs et les logements étudiants.

Par ailleurs, le plan de relance a consacré 1,2 milliards d’euros à la décarbonation de l’industrie qui s’étendra sur la période 2020 – 2022 (soutien à l’efficacité énergétique de grande ampleur, soutien à la chaleur bas carbone et projets de moindre taille).

Le verdissement du parc automobile a également bénéficié des aides du plan de relance. La part de marché des véhicules électriques représente désormais 11% des ventes de véhicules neufs en décembre 2020, contre 2% à la même époque en 2019.

Concernant le volet compétitivité, plusieurs mesures ont été mises en place pour soutenir le financement des entreprises.

Le « label relance » a été créé afin d’orienter l’épargne des français vers les fonds propres des PME (petites et moyennes entreprises) et ETI (entreprises de tailles intermédiaires) françaises. Au 12 janvier, 123 fonds ont été labellisés. A partir de juillet 2021, une garantie de l’Eétat opérée par Bpifrance pour les investisseurs en fonds propres et quasi fonds propres sera disponible, permettant de garantir jusqu’à 1 milliard d’euros d’investissement, en plus d’un renforcement des garanties de financement à long terme de Bpifrance effectif à partir de janvier.

A compter du mois de mars, le dispositif de prêts participatifs sera mis en place et permettra d’apporter 20 milliards d’euros de quasi fonds propres pour conforter le bilan des entreprises françaises.

Par ailleurs, une dotation de 250 millions d’euros sera apportée début 2021 par l’État à des fonds d’investissement gérés par les Régions.

815 projets industriels (visant la modernisation, la relocalisation) ont déjà fait l’objet d’une décision positive dont plus de 90% concernent des PME et ETI pour un montant de 3,36 milliards d’euros d’investissement avec 710 millions d’aides d’e l’éEtats. Ces projets industriels portent sur les territoires, la relocalisation dans les secteurs critiques et le soutien à la modernisation des PME de l’aéronautique et de l’automobile.

En 2020, 7300 entreprises ont déposé un dossier pour la numérisation industrielle ou la robotisation de leur équipement. Pour la numérisation des commerces, 60 millions d’euros ont été versés.

Le plan de relance soutient les PME-ETI dans leurs démarches de prospection à l’export. 1237 entreprises bénéficient déjà du dispositif « chèque export » permettant de couvrir certaines dépenses de préparation et de prospection commerciales à l’étranger.

Enfin, le patrimoine français bénéficie également des aides du plan permettant la rénovation des cathédrales et des monuments nationaux.
 
Notes
puce note (1) Exécution du plan de relance : bilan 2020
puce note (2) MaPrimeRénov’ – site internet du ministère de l’économie, des finances et de la relance
 
 
Informations légales | Données personnelles