Etude de l'INSEE - Les créateurs d’entreprises de 2018

Elaborée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), une étude, publiée le 29 septembre 2020, retrace les créations d’entreprises, hors régime du micro-entrepreneur, au cours de l’année 2018.

Premiers contributeurs des créations d’entreprises, les salariés du secteur privé représentent plus d’un tiers des entreprises crées en France en 2018, devant les chômeurs et les indépendants/chefs d’entreprises.

La part des femmes est relativement faible, représentant 29% des créateurs d’entreprises, essentiellement dans les domaines de la santé humaine et l’action sociale et les activités de services aux ménages.

Plus de la moitié des créateurs d’entreprises possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur, une hausse de 10% comparé à 2014.

Un grand nombre de créateurs d’entreprises sont familiers de la création d’entreprise. De plus, la moitié d’entre eux, bien renseignés dans le domaine concerné, ont souvent plus de dix ans d’expérience.

Malgré les difficultés rencontrées pour concrétiser leur projet, notamment sur les formalités administratives, pécuniaires et la règlementation en vigueur, l’indépendance est le premier moteur de la création d’une entreprise, loin devant l’autonomie financière, représentant seulement 24%.

Une nouvelle entreprise sur deux débute son projet avec un financement inférieur à 8.000 euros. Les secteurs privilégiés restent le commerce, les activités spécialisées, scientifiques et technique et la construction.

L’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (L’ACCRE) est prisée parmi les créateurs d’entreprises. La clientèle de particuliers représente la majorité du chiffre d’affaires de l’entreprise, notamment dans les secteurs de l’action sociale, restauration, hébergement, contrairement aux activités spécialisées, scientifiques et techniques.

Le numérique prend de l’ampleur, de nombreuses nouvelles entreprises utilisent les plateformes numériques ainsi que les réseaux sociaux pour présenter leurs entreprises et être mises en relation avec leurs clients.

La part des « entreprises-employeuses » est en recul par rapport à 2014, avec un peu de 25% des entreprises qui emploient au moins un salarié en plus du créateur. Certains secteurs sont plus enclins à embaucher des salariés, comme l’hébergement, la restauration et la construction.

A l’approche de 2019, les nouveaux créateurs d’entreprises étaient optimistes face à la pérennité de leur projet. De 2014 à 2018, la volonté de faire fructifier leur entreprise a bondi de 7%.

Les créations d’entreprises seront suite à la crise de la covid-19 sans doute en baisse pour l’année 2020. Une évaluation des créations d’entreprises post-crise est prévue.
 
Notes
puce note (1) Etude de l'INSEE - Les créations d’entreprises de 2018
puce note (2) Les créations d’entreprises en 2018
 
 
Informations légales | Données personnelles