L’Arcep publie son rapport d’activité sur l’état d’internet en France

Publié le 25 juin 2020, le quatrième rapport de l’Arcep sur l’état d’internet en France présente l’évolution des principales composantes d’internet sur l’année 2019(1)(2).

Dans le cadre de la mission d’amélioration de la mesure de la qualité d’internet de l’Arcep et au terme de deux ans de travaux, une Application Programming Interface (API) a été déployée dans les box à compter du 16 janvier 2020 afin d’évaluer la qualité du service (QoS, pour quality of service) fourni et notamment le débit internet. En parallèle, la publication en décembre 2018 d’un Code de conduite encadrant l’activité des acteurs de la mesure de la qualité du service internet fixe et mobile(3) a permis d’attester la conformité d’un certain nombre d’outils de mesure (nPerf, Speedtest UFC-Que Choisir, DébiTest 60, 5GMark, IPv6-test). Une nouvelle version actualisée sera publiée à l’été 2020.

L’Arcep a par ailleurs mesuré, au titre du suivi de la qualité de l’internet mobile, un débit moyen de 45 Mbit/s en 2019 en France métropolitaine, contre 30 Mbits/s en 2018. Le trafic entrant vers les principaux fournisseurs d’accès internet (FAI, soit Orange, Bouygues, SFR et Free) à l’interconnexion a augmenté de 29% en un an pour atteindre 18,4Tbit/s à fin 2019.

Avec l’épuisement des adresses du protocole internet IPv4 utilisé depuis 1983, l’Arcep est confrontée au défi de la migration vers IPv6. La pénurie d’IPv4 a été annoncée le 25 novembre 2019, alors que IPv4 et IPv6 ne sont pas compatibles et que 27% des sites web les plus visités en France sont aujourd’hui accessibles en IPv6. Le taux d’utilisation d’IPv6 en France était toutefois de plus de 38 % en mars 2020, plaçant la France en quatrième position du classement européen. Une task-force IPv6 co-pilotée par l’Arcep et Internet Society France a été mise en place afin d’identifier les conséquences de la pénurie d’IPv4 et de traiter les enjeux de la sécurité d’IPv6(4).

Membre de l’organe des régulateurs européens des communications électroniques (BEREC, pour Body of european Regulators for Electronic Communications), l’Arcep a contribué à la révision des lignes directrices du règlement internet ouvert dont la version révisée a été publiée le 16 juin 2020 après 18 mois de travail.

Toujours dans l’optique d’assurer la neutralité d’internet, l’Arcep s’est dotée d’une boîte à outils alliant instruments réglementaires et de veille, coopérations internationales (BEREC) et inter-autorités nationales (CNIL, CSA) ainsi que des plateformes de signalement et de détection. La plateforme Weh de détection de mesures de gestion de trafic mises en œuvre par un FAI a été utilisée plus de 115 000 fois depuis sa mise à disposition en novembre 2018. À partir des dysfonctionnements relevés, 146 signalements ont ensuite été remontés via la plateforme « J’alerte l’Arcep ».

Le rapport souligne par ailleurs qu’à la suite l’adoption de la proposition de loi visant à garantir le libre choix du consommateur dans le cyberespace le 19 février 2020(5), l’Arcep bénéficie désormais de pouvoirs lui permettant d’assurer la neutralité des terminaux et d’établir l’interopérabilité des plateformes.

Dans une dernière partie, le rapport étudie l’intégration à la régulation de l’empreinte environnementale du numérique, qui représente aujourd’hui environ 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’Arcep indique ainsi avoir « initié une réflexion afin d’apprécier les effets de diverses évolutions des réseaux et de leurs usages sur l’empreinte carbone du numérique » dans le cadre de son cycle de réflexion sur « les Réseaux du futur »(6).

Enfin, l’Arcep émet ses premières observations sur les enseignements de la crise sanitaire et des conséquences du confinement au printemps 2020 durant lequel le trafic internet aurait augmenté d’environ 30% sans que les réseaux aient connu de congestion majeure.
 
Notes
puce note (1) Arcep, Rapport 2020 sur l’état d’internet en France (Tome 3 du rapport d’activité de l’Arcep)
puce note (2) Arcep, Conférence de présentation du rapport sur l’état de l’internet en France, 25 juin 2020
puce note (3) Arcep, Code de conduite 2018 de la qualité de service à destination des acteurs de la mesure
puce note (4) Formulaire mis à disposition des personnes souhaitant rejoindre la task-force pour partager un retour d’expérience ou mettre en place IPv6
puce note (5) Dossier législatif du Sénat sur la proposition de loi visant à garantir le libre choix du consommateur dans le cyberespace
puce note (6) Note de l’Arcep « L’empreinte carbone du numérique », 21 octobre 2019
 
 
Informations légales | Données personnelles