La direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) publie une note relative aux actions d’ingérence économique menées à l’encontre des sociétés françaises dans le contexte de la crise sanitaire

La direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a publié une note alertant sur les risques d’ingérence économique pouvant affecter des entreprises exposées médiatiquement dans le cadre de la crise sanitaire.

Le contexte peut en effet amener certaines entreprises ou institutions dont l’activité est liée à la résolution de la crise à être confrontées à une médiatisation soudaine, livrant ainsi des informations pouvant être employées à des fins d’escroquerie ou encore de contrefaçon.

La DGSI cite ainsi l’exemple d’une entreprise française spécialisée dans la fabrication de matériel de protection utilisé contre le covid-19 récemment mentionnée dans la presse, dont le nom aurait été utilisé pour des contrefaçons de masques de protection FFP2.

De même, l’adresse électronique d’une institution officielle impliquée dans la gestion de la crise sanitaire a été imitée par des cybercriminels tentant d’escroquer des établissements de santé et des entreprises en leur proposant de commander du matériel de protection.

Les entreprises de ce secteur peuvent en outre être exposées à des attaques à l’encontre de leurs systèmes d’information, à l’instar d’une PME spécialisée dans la production de matériel sanitaire qui a porté plainte à la suite d’une attaque informatique visant à pirater l’adresse électronique officielle de l’entreprise afin d’escroquer des sociétés.

La DGSI recommande ainsi aux entreprises faisant soudainement l’objet d’une attention médiatique accrue de renforcer la sécurité de leurs systèmes d’information, mais également de veiller à sécuriser juridiquement leurs savoir-faire et innovations.

La direction préconise également de porter une attention particulière à l’honorabilité d’un vendeur, notamment en s’en assurant auprès des autorités de santé, des services de protection économiques du ministère de l’intérieur et des ministères économiques et financiers, ou encore auprès des banques.

Enfin, les victimes d’escroquerie sont invitées à porter plainte immédiatement auprès des services de police ou de gendarmerie et à conserver tous les éléments susceptibles de contribuer à l’enquête. Il est indiqué que des plateformes de signalement de tentatives frauduleuses sont accessibles sur internet, en particulier sur le site du ministère de l’intérieur (2).
 
Notes
puce note (1) Direction générale de la sécurité intérieure, Flash n°64 - Avril 2020 : Ingérence économique
puce note (2) Ministère de l’intérieur, Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’Internet
 
 
Informations légales | Données personnelles