Publication d’une note de la DGE sur l’évolution des besoins en capital humain pour l’innovation dans le numérique

La direction générale des entreprises (DGE) a publié, le 26 septembre 2019(1), une note soulignant les forts besoins en capital humain pour l’innovation dans le secteur du numérique.

Les 112 000 entreprises qui appartiennent au secteur du numérique représentent une part importante de l’économie soit 7 % de la valeur ajoutée marchande en 2016. Il s’agit en majorité d’entreprises de moins de dix salariés (88 %), ayant pour activité principale les services (89 %). Les entreprises de programmation et de conseil en informatique  emploient près de la moitié des effectifs (47 %).

Les trois quarts des entreprises du secteur numérique déclarent avoir innové entre 2014 et 2016, ou utiliser de technologies innovantes. Leurs dépenses en recherche et développement (R & D) représentent 19 % des dépenses internes des entreprises françaises.

Leurs activités innovantes nécessitent une main-d’œuvre qualifiée, composée de deux tiers de cadres, ce qui explique des salaires élevés en moyenne. Elles sont soutenues par les dispositifs d’aide à la R & D, notamment ceux ciblant les emplois qualifiés.

Ainsi, les aides indirectes à la R & D permettent aux start-up de diminuer leurs charges de personnel. « Un peu plus de 5 000 entreprises du numérique ont recours au Crédit d’impôt recherche (CIR), le principal dispositif français de soutien à la R & D, ou à son extension, le Crédit d’impôt innovation (CII). Elles perçoivent un montant total de 1,1 milliard d’euros de CIR et de 50 millions d’euros de CII par an, ce qui représente 20 % de la créance totale de CIR et 41 % de celle de CII ».

Les compétences numériques sont nécessaires aussi bien au secteur du numérique qu’au reste de l’économie. « Le marché de l’emploi numérique est actuellement en tension : selon Pôle emploi, 72 % des recrutements d’ingénieurs R & D en informatique sont difficiles, contre 59 % de ceux d’ingénieurs dans l’industrie ».

Les recrutements sont et continueront d’être difficiles en raison des compétences particulières recherchées chez les candidats, mais aussi du nombre croissant d’offres d’emplois.

C’est pourquoi la réponse au besoin croissant en capital humain reste un enjeu fort des politiques publiques. Par exemple, la Grande école du numérique fournit un label identifiant des formations sur le numérique destinées à des personnes initialement éloignées de l’emploi. Le plan Intelligence Artificielle fixe des objectifs explicites en termes de chaires et de docteurs dans le domaine. Les mesures de la loi Pacte(2) permettant aux chercheurs de cumuler la participation à une entreprise avec leurs recherches ciblent les talents issus de la recherche publique.

« Attirer les talents de l’étranger est également un objectif, via les actions French Tech, qui donnent une visibilité internationale à l’écosystème français de startup, et notamment le French Tech Visa, qui facilite l’installation des talents étrangers en France ».
 
Notes
puce note (1) Le 4 pages de la DGE n° 90 - Septembre 2019 - De forts besoins en capital humain pour l’innovation dans le numérique
puce note (2) Loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises
 
 
Informations légales | Données personnelles