Le Commissariat général au développement durable publie une analyse des flottes de véhicules des personnes morales

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a publié une analyse des caractéristiques et perspectives des parcs de véhicules particuliers et dérivés des personnes morales(1).

A l’origine de 14% des émissions de gaz à effet de serre en France, les véhicules particuliers neufs sont achetés pour plus de la moitié par des entreprises et des administrations, qui détiennent 2,9 millions de véhicules. Tandis que le Plan Climat fixe à 2040 la fin de la vente des voitures diesel et à essence, l’étude identifie ces flottes de véhicules comme « un potentiel levier de diffusion des nouvelles technologies moins nuisibles à l’environnement ».

Le document présente les résultats d’une enquête quantitative et qualitative menée sur un échantillon représentatif des flottes détenues par des personnes morales afin d’évaluer leurs stratégies actuelles et leur potentiel de transition vers des véhicules moins polluants.

L’enquête révèle que les parcs sont récents avec une ancienneté moyenne des véhicules de 3,8 ans. 89% des véhicules sont achetés neufs et sont renouvelés fréquemment avec une durée de détention moyenne de 4,8 ans. 61% des véhicules sont exploités en location longue durée (LLD). Cette part augmente avec la taille de l’entreprise, cette option étant préférée pour 73% des entreprises possédant dix véhicules ou plus.

L’étude analyse par ailleurs les politiques de gestion des parcs de véhicules adoptées par les entreprises et les administrations. Le prix du véhicule demeure le critère principal de choix des véhicules. Toutefois, les dispositifs fiscaux sont considérés par la moitié des gestionnaires de parcs, à commencer par la Taxe sur les Véhicules de Société (TVS). Plus de la moitié des gestionnaires, essentiellement en zone urbaine, indiquent que la limitation de la circulation en ville pour les véhicules les plus polluants et le décret sur les véhicules à faibles émissions pourraient influencer significativement leur politique ou l’organisation de leur activité.

En outre, 79% des véhicules appartenant à des personnes morales fonctionnent au diesel. Les véhicules disposant de motorisations alternatives (véhicules électriques et hybrides essence) ne constituent que 4% des véhicules et sont essentiellement utilisés en milieu urbain.

Si 30% des interrogés envisagent d’acheter des véhicules à motorisation alternative, les rédacteurs constatent toutefois que le terme « motorisation alternative » ne semble pas avoir été compris, 40% des gestionnaires considérant l’essence comme une motorisation alternative. Le coût élevé des véhicules et l’autonomie limitée des véhicules électriques demeurent des freins significatifs à l’achat de motorisations alternatives.

À l’issue de son analyse, le CGDD identifie les mesures diminuant les coûts de l’entreprise, notamment le bonus, les subventions et une fiscalité intéressante, comme les facteurs incitatifs les plus attendus.
 
Notes
puce note (1) Commissariat général au développement durable, Les flottes de véhicules des personnes morales : caractéristiques et perspectives
 
 
Informations légales | Données personnelles