Le fonds monétaire international publie ses perspectives de l’économie mondiale : un ralentissement de la croissance est prévu en 2019 pour 70 % de l’économie mondiale

Le fonds monétaire international (FMI) a mis à jour, le 8 avril 2019 ses perspectives de l’économie mondiale dans un rapport intitulé « Croissance ralentie, reprise précaire »(1).

Il prévoit un ralentissement de la croissance en 2019 pour 70 % de l’économie mondiale. La croissance mondiale, qui a culminé à près de 4 % en 2017, a fléchi à 3,6 % en 2018, et devrait selon le FMI encore ralentir en 2019, à 3,3 %, puis atteindre 3,6% en 2020.

« La croissance chinoise a fléchi à la suite d’une combinaison d’un durcissement de la réglementation qui s’imposait afin de freiner les activités de banque parallèle et d’une montée des tensions commerciales avec les États-Unis ».

Dans les autres pays émergents, l’activité a également ralenti, notamment en Argentine et en Turquie qui ont procédé au durcissement de la politique économique qui était nécessaire pour réduire leurs déséquilibres financiers et macroéconomiques. Au Moyen-Orient, les tensions géopolitiques ont contribué à une contraction de l’activité.

Dans la zone euro, l’activité économique a ralenti davantage que prévu. En Allemagne, la confiance des consommateurs et des chefs d’entreprise a faibli et la production d’automobiles a été perturbée par la mise en place de nouvelles normes d’émission. En Italie, l’investissement a diminué du fait du creusement des écarts de taux sur la dette souveraine et de la baisse de demande extérieure notamment celle en provenance des pays émergents d’Asie. En France, les manifestations publiques ont perturbé les ventes au détail et pesé sur les dépenses de consommation.

Les risques entourant le Brexit restent élevés en l’absence d’accord de sortie de l’UE négocié entre le gouvernement britannique et la Commission européenne. Dans cette hypothèse, le FMI estime que les perturbations des échanges commerciaux provoqueraient une baisse du produit intérieur brut britannique de 1,4 % la première année et de 0,8 % la deuxième année.

L’activité s’est affaiblie au Japon, principalement en raison de catastrophes naturelles au troisième trimestre. « Faisant exception à cette tendance générale, l’expansion aux États-Unis est restée robuste sur fond de marché du travail tendu et de croissance vigoureuse de la consommation, mais l’investissement semble avoir fléchi au deuxième semestre de l’année ».

Dans l’ensemble des pays, le FMI indique qu’il est impératif de prendre des mesures qui stimulent la production potentielle, améliorent l’inclusion et renforcent la résilience. « Un dialogue social qui rassemble toutes les parties prenantes pour s’attaquer aux inégalités et au mécontentement vis-à-vis du monde politique profitera à l’activité économique. Il est nécessaire de renforcer la coopération multilatérale afin de résoudre les différends commerciaux, de s’attaquer au changement climatique et aux risques liés à la cybersécurité, et d’améliorer l’efficacité de la fiscalité internationale ».
 
Notes
puce note (1) FMI - Perspectives de l’économie mondiale
 
 
Informations légales | Données personnelles