Rapport relatif aux mutations des secteurs de la chimie et du papier carton

Le 1er avril 2019 la direction générale des entreprises du ministère de l’économie et des finances a rendu public un rapport du pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) relatif à l’amélioration des outils de production et à l’apport du numérique dans les secteurs de la chimie et du papier carton(1).

Le rapport constate que ces deux secteurs représentent un réservoir d’emplois important dans les territoires : 220 00 emplois et 71Mds€ de chiffre d’affaires dans le secteur de la chimie, 12 500 emplois et 5,3 Mds€ de chiffre d’affaires pour le secteur du papier-carton. Ils sont néanmoins soumis à une concurrence européenne et internationale intense : pour la chimie la France est en concurrence avec l’Allemagne, les Etats-Unis, le Japon et la Chine, et pour le papier-carton avec l’Allemagne, les Etats-Unis, le Japon et la Finlande. De plus, les consommateurs attendent davantage de responsabilité environnementale dans ces productions.

Pour soutenir la compétitivité de ces secteurs en France, le rapport préconise de déployer des solutions numériques pour moderniser les procédés et les produits, ce qui suppose un investissement conséquent pour la plupart des industriels qui sont en grande majorité des TPE et PME. Ce déploiement appelle en outre une formation des salariés à la conception, la communication, aux plate-formes-collaboratives et à la transformation des processus internes des entreprises, le rapport pointant un manque de compétences en gestion de la donnée et en matières de cybersécurité et de biochimie.

Selon le rapport, la France dispose déjà d’un fort atout dans le domaine des matières premières végétales (cultures et forêts) et son tissu industriel est déjà reconnu dans la chimie du végétal. Le rapport recommande d’étudier les conditions de développement des produits bio-sourcés et de favoriser deux tendances d’avenir que sont l’utilisation de la biomasse bois - transformation des usines de pâte à papier en bioraffineries pour faire face à une baisse d’activité - et celle de la catalyse enzymatique pour faciliter le raffinage du papier et améliorer les caractéristiques du papier. De même l’utilisation de nanostructure de cellulose peut être envisagée pour des applications diverses - résistance mécanique, émulsion et dispersion pour peinture, additifs alimentaires, cosmétiques, - et les produits présentent une plus grande recyclabilité.

Il recommande aussi de mettre les produits en vente sur une marketplace (forme marchande de la plateforme collaborative) pouvant offrir des débouchés à moindre coût pour des produits et permettant d'atteindre de nouveaux marchés de manière facilitée alors qu’il serait plus difficile, long ou coûteux de viser de nouveaux clients via les circuits de distribution traditionnels.
 
Notes
puce note 1) Rapport Industrie du futur - Secteurs de la chimie et du papier-carton : amélioration des outils de production et apport du numérique
 
 
Informations légales | Données personnelles