Consommation touristique record en France en 2017

La direction générale des entreprises a publié en mars 2019 une étude économique(1) consacrée à la consommation touristique en France en 2017 : en forte hausse, celle-ci s’élève à 168 milliards d’euros. La consommation touristique intérieure des touristes et excursionnistes français s’élève à 104 milliards d’euros (+ 4,8 % par rapport à 2016) et à 64 milliards pour les étrangers (+ 8,2 % par rapport à 2016). Cette progression s’explique par « un effet de rattrapage après une mauvaise année 2016 marquée par les attentats terroristes ».

La consommation touristique intérieure représente plus de 7 % du PIB français en 2017.

Même si elle perd des parts de marché depuis une vingtaine d’années, la France reste la première destination mondiale.

En 2017, l’hébergement collectif haut de gamme, c’est-à-dire l’hôtellerie 4 étoiles et plus et le camping trois étoiles, figure parmi les postes pour lesquels la dépense a le plus augmenté. Les dépenses de location entre particuliers, dont la hausse est plus faible que celle des autres postes d’hébergement, « ont été un moyen efficace pour la France d’accroître son accueil et donc ses recettes touristiques », grâce à la facilité offerte par Internet et à la possibilité pour les particuliers d’accéder au marché international.

Les dépenses de transport aérien progressent fortement en France comme dans le monde, en 2017 « les compagnies françaises, seules prises en compte dans le compte satellite du tourisme, ont accru leur fréquentation en passagers-km de 4,7 % et leurs prix de 3 % avec la hausse du pétrole ». Les dépenses en transport ferroviaire à longue distance ont progressé de 7 % en valeur, cette croissance étant due à la hausse du nombre de passagers, alors que « la croissance des dépenses touristiques en autocar est uniquement due à une hausse des prix de 3,8 %, conséquence de la hausse des prix du carburant ».

Les touristes étrangers, notamment ceux en provenance d’Asie, du Moyen-Orient et d’Amérique du Nord, dépensent davantage en hébergements payants et en restaurants et cafés que les touristes français. Ainsi, « selon la Banque de France, en 2017, les Japonais et les Chinois dépensent environ 1 500 euros en moyenne lors de leur séjour ». L’étude relève que cette clientèle est plus volatile que les touristes français et « elle se détourne plus facilement vers d’autres pays en cas de mauvaise image de la France (attentats, grèves, insécurité ressentie, etc. ».

Si les touristes français effectuent des dépenses plus faibles que celles des touristes étrangers en hébergement et en restauration, leurs dépenses de carburants sont supérieures et ils utilisent plus souvent le train.
 
Notes
puce note (1) Le 4 pages de la DGE, n° 87 – mars 2019 « Consommation touristique record en France en 2017 »
 
 
Informations légales | Données personnelles