Publication d’un rapport de France Stratégie sur les métiers du sport

A la demande du Premier ministre, France Stratégie et le Céreq ont publié, le 28 février 2019, une étude portant sur une vision prospective partagée des emplois et des compétences (VPPEC) des métiers du sport(1). L’enjeu est d’« éclairer de façon concrète l’évolution des emplois et des métiers à l’horizon 2024 » et de proposer une « vision renouvelée de la relation emploi-formation ».

Les métiers du sport représentent 227 000 emplois. Le panorama des métiers du sport retenu par l’étude comprend les métiers « cœurs » du sport (éducateurs sportifs, entraîneurs…), les métiers « techniques » pour lesquels le sport relève d’une spécialisation (médecins, journalistes…), les métiers dits transversaux qui relèvent davantage de fonctions complémentaires à l’activité principale d’encadrement et enfin les métiers émergents en lien avec le développement de l’e-sport, par exemple.

Ils sont caractérisés par une « fragmentation » supérieure à la moyenne : 12 % exercent en indépendant (contre 7% dans l’emploi total) ; 30% travaillent à temps partiel (contre 19% dans l’emploi total) ; 5% cumulent plusieurs employeurs (contre 2% dans l’emploi total). Cela n’a pas empêché les métiers du sport de connaître une croissance de 23% entre 2008 et 2016. Cette croissance devrait, selon le rapport, se poursuivre à l’horizon 2022.

L’étude identifie trois grandes tendances qui impacteront les métiers du sport et les compétences liées à court et moyen terme :
- une diversification des modalités de pratiques sportives : elles s’émancipent des clubs et associations sportifs pour s’orienter vers des pratiques « hors structures » ;
- un élargissement à un nouveau public avec des besoins spécifiques : femmes, seniors, salariés, malades … ;
- de nouvelles pratiques et de nouveaux lieux d’organisation de la pratique devraient continuer à se développer.

Ces grandes tendances « convergent vers une transformation des besoins en compétence, en particulier dans les métiers de l’encadrement et des métiers supports à la professionnalisation des clubs ». Ainsi le modèle associatif est «confronté à la fragilisation de son modèle économique » et la professionnalisation de ses salariés et de ses bénévoles est questionnée. La mutualisation des moyens et des emplois à travers les groupements d’employeurs ou les clubs et fédérations multisports est une solution envisagée.

Le rapport recommande notamment de repenser les métiers et les formations « au regard des parcours et des compétences dans une vision élargie des métiers du sport, à développer les pluri-qualifications et à reconnaître les compétences des professions de l’encadrement et leur transférabilité dans d’autres domaines professionnels ».

Pour les auteurs du rapport, ce diagnostic des métiers du sport est une première étape qui devra être suivie par une appropriation et une déclinaison en orientations et en actions opérationnelles par les instances dont c’est la responsabilité.
 
Notes
puce note (1) Rapport de France Stratégie et du Céreq – Les métiers du sport
 
 
Informations légales | Données personnelles