Publication d’un rapport d’étude prospective sur « l’intelligence artificielle : état de l’art et perspectives pour la France »

Un rapport sur « l’intelligence artificielle : état de l’art et perspectives pour la France »(1) , publié le 21 février 2019, a été commandé par le Pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques(2) (Pipame), la Direction générale des entreprises (DGE), le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), et TECH’IN France. L’intelligence artificielle (IA) représente un enjeu de développement important pour la France(3)(4).

Ce rapport présente un état de l’art technologique de l’intelligence artificielle, une analyse sectorielle, le positionnement de la France en matière d’IA et les stratégies territoriales avant de développer les opportunités nationales et des recommandations d’actions.

L’intelligence artificielle correspond « à un ensemble de technologies qui permet de simuler l’intelligence et accomplir automatiquement des tâches de perception, de compréhension et de prise de décision ».

L’étude relève qu’« un des enjeux économiques et technologiques majeurs auquel la France doit faire face réside dans le développement des infrastructures pour entraîner de grands réseaux de neurones avec des données massives. Cela nécessite des infrastructures numériques pour collecter des données à grande échelle (réseaux) et les traiter (centres de données). L’État doit encourager les opérateurs de télécommunications et les grands opérateurs CLOUD à développer leurs infrastructures ».

L’étude classifie les secteurs d’activité sur lesquels l’irruption de l’IA nécessite une attention particulière du fait de ses impacts potentiels. Arrivent en tête le secteur de la santé, celui des industries manufacturières dont l’automobile, et celui des transports et de la mobilité.

Avec 109 start-up sur les 3 645 start-up qui appartiennent au domaine de l’IA dans le monde, la France est au septième rang mondial (3,1 %) proche du Canada, du Japon et de l’Allemagne. La première place est occupée par les États-Unis (40 %), puis la Chine (11 %), Israël (10 %) et le Royaume-Uni (7 %).

Les deux tiers des start-up (73 sur 109) sont localisées à Paris et la « région Ile de France est la seule, à date, à avoir conçu des politiques publiques spécifiquement dédiées à la diffusion des usages IA et à l’attraction de talents et d’entreprises sur cette thématique ». Le rapport appelle les territoires à s’emparer spécifiquement de cette thématique et à mettent en œuvre des diagnostics visant à identifier leurs forces et faiblesses avant de concevoir des stratégies adaptées.

Le rapport donne des axes d’opportunité pour la France :
- développer et sécuriser la recherche en intelligence artificielle en France ;
- généraliser les offres de formations ;
- se focaliser sur les applications sectorielles de l’IA ;
- encourager massivement le développement d'infrastructures numériques;
- lancer des expérimentations ambitieuses.

Il préconise les actions suivantes :
- créer des zones d’expérimentation à l’échelle d’un hôpital ou d’un réseau de soins ;
- créer un cadre légal d’expérimentation à partir de données ;
- développer les challenges de données en santé ;
- créer un marché protégé pour les start-up en santé ;
- créer des zones d’expérimentation de véhicules autonomes à l’échelle d’une ville ou d’une situation de transport à risque (autoroute, zone montagneuse) ;
- amplifier les zones d’expérimentation à l’échelle d’un écoquartier ;
- généraliser et normaliser le recueil de données de maintenance ;
- stimuler la production de données environnementales chez les industriels ;
- former rapidement des techniciens, des ingénieurs et des décideurs de l’industrie aux cas d’usages et aux techniques probabilistes de l’IA ;
- créer un Datacenter de projets en data science en s’appuyant sur les expertises d’OVH et de TERALAB ;
- encourager des projets centrés sur les assistants intelligents pour le grand public ;
- créer des formations en ligne (MOOC) sur l’IA et les produits numériques.
 
Notes
puce note (1) Rapport DGE - Intelligence artificielle - État de l’art et perspectives pour la France
puce note (2) Créé en janvier 2005, le Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) a pour objectif de produire un éclairage sur l’évolution des principaux acteurs et secteurs économiques en mutation à un horizon de 5 à 10 ans. En impliquant fortement les acteurs socio-économiques, le Pipame renforce ainsi les capacités de veille et d’anticipation de l’État.
puce note (3) Discours du 29 mars 2018 du Président de la République sur l'intelligence artificielle
puce note (4) Rapport de Cédric Villani au Gouvernement « Donner un sens à l’intelligence artificielle, pour une stratégie nationale et européenne »
 
 
Informations légales | Données personnelles