France Stratégie et la Fabrique de l’industrie publient une étude conjointe : l’investissement des entreprises françaises est-il efficace ?

Le 22 octobre 2018, France Stratégie et la Fabrique de l’industrie ont publié une étude conjointe sur l’efficacité de l’investissement des entreprises françaises au cours de la période 1995-2015(1).

L’étude présente une comparaison du taux d’investissement des entreprises industrielles françaises dans les actifs immatériels par rapport à leurs homologues européens. Ainsi, en 2016 au sein du secteur manufacturier, l’investissement en logiciel et bases de données s’élève en valeur ajoutée en France à 25,7% en 2016 contre 24,1 % en Italie, 21 % en Espagne, 20,5 % aux Pays-Bas, 19 % en Allemagne et 17,6 % au Royaume-Uni. Cet écart de niveau s’expliquerait par une volonté de conserver la conception des produits en France et d’opter pour une fabrication à l’étranger.

Des écarts importants de taux d’investissement des entreprises industrielles dans les machines et équipements sont relevés entre la France et l’Allemagne : sur la période allant de 2003 à 2006, l’investissement des entreprises françaises dans ces domaines a diminué de près de 20%, alors qu’ils ont augmenté de près de 19% en Allemagne, entre 2012 et 2015.

Si ces différences sont en partie expliquées par un taux de robotisation inférieur au sein des parcs productifs français, le rapport note que ces chiffres dépendent également de la composition sectorielle des industries nationales.

Le rapport constate la faible corrélation entre un niveau élevé d’investissement de la part des entreprises françaises et la quantification de leurs effets macroéconomiques, tendance qu’il tente d’expliquer en émettant deux hypothèses.

En première hypothèse, en France structurellement, l’investissement immobilier constituerait une part significative de l’investissement, qui, du fait de l’augmentation du prix du foncier atténuerait les effets sur la croissance économique. Pourtant, l’étude menée démontre que l’investissement dit « productif », incluant les machines, équipements et les actifs immatériels, représente 91,5 % des dépenses d’investissement du secteur manufacturier français en 2015 et que la part consacrée aux investissements de construction demeure relativement mineure.

La seconde hypothèse évoquée est celle du poids des investissements liés à la mise en conformité règlementaire pour les entreprises françaises, en particulier au sein du secteur de la chimie qui subit des contraintes règlementaires importantes, mais qui n’explique qu’en partie le supplément d’investissement au sein du secteur manufacturier.

Enfin, l’étude souligne que les bénéfices escomptés de l’investissement immatériel restent encore difficilement mesurables au regard des performances de la compétitivité française : France Stratégie et la Fabrique de l’industrie invitent à remplacer l’approche centrée sur les gains de productivité et de parts de marché des entreprises françaises par une approche mesurant l’impact de l’investissement immatériel sur la profitabilité des entreprises.
 
Notes
puce note (1) France Stratégie et la Fabrique de l’Industrie, L’investissement en France est-il efficace ?, étude du 22 octobre 2018
 
 
Informations légales | Données personnelles