édito

L’action de l’Hadopi en matière de sensibilisation des jeunes publics : favoriser un usage responsable de l’Internet culturel

Denis Rapone
Conseiller d'Etat
Président de la Haute autorité pour la diffusion
des oeuvres et la protection des droits sur internet
À l’heure où la France souhaite renforcer sa politique de lutte contre le piratage des œuvres, véritable fléau pour les industries culturelles tout particulièrement dans un mode de consommation devenu à l’ère numérique de plus en plus dématérialisé, la sensibilisation des internautes les plus jeunes à un usage responsable de l’Internet culturel, respectueux du droit d’auteur, est un enjeu majeur. Les récentes études conduites par l’Hadopi ont en effet montré l’importance croissante du temps passé devant un écran (tablettes, ordinateurs, smartphones, etc) chez les 8-24 ans qui sont devenus les plus grands consommateurs d’œuvres culturelles via Internet, que cette consommation s’inscrive dans un cadre légal ou, hélas, illégal.

Le défi de la sensibilisation des jeunes générations mérite impérativement d’être relevé pour ne pas laisser s’installer dans leur esprit que l’accès à la culture est systématiquement gratuit sur Internet et pour déconstruire les fausses représentations qui peuvent être véhiculées auprès d’eux sur le droit d’auteur. Les jeunes publics ont, en effet, un rapport paradoxal à la création. S’ils valorisent fortement les artistes et le travail de création, ils sont nombreux à critiquer le système de rémunération des artistes qu’ils associent souvent à l’enrichissement des plus connus.
 
La sensibilisation des jeunes internautes vise aussi à les prévenir contre un certain nombre de risques qu’ils prennent, sans toujours s’en rendre compte, en naviguant sur des sites pirates. Parce qu’ils sont les plus grands consommateurs illicites d’œuvres culturelles dématérialisées, ils sont la population la plus exposée aux risques en ligne, en particulier l’exposition à des publicités intempestives, choquantes, attentatoires à leur sensibilité (qu’il s’agisse de publicité pour des contenus pornographiques ou pour des sites de jeux), la captation abusive des coordonnées bancaires, le détournement des données personnelles ou l’intrusion de virus nuisant au bon fonctionnement des matériels informatiques.

Au-delà de la démarche de pédagogie que l’Hadopi déploie dans le cadre de la procédure de réponse graduée, à travers les avertissements envoyés aux abonnés dont l’accès à Internet n’est pas correctement sécurisé et dont la négligence en matière de sécurisation est à l’origine de mises à disposition illicite d’œuvres via des réseaux pair à pair, l’Hadopi a d’ores et déjà développé des outils pour mieux accompagner les jeunes internautes vers des pratiques culturelles responsables sur Internet.

L’Hadopi réalise ainsi depuis 2012 des ateliers d’information et de sensibilisation destinés au jeune public et à la communauté éducative, visant à informer élèves et enseignants sur les grands principes du droit d’auteur, à sensibiliser à la richesse culturelle en ligne et à initier les élèves à la création numérique. Ces ateliers ont déjà pu toucher près de 5 400 élèves, du CM2 à la 3ème. En parallèle, des projets spécifiques sont aussi réalisés afin de mettre des élèves en situation de créateurs et de leur montrer de manière très pratique l’importance de la protection des œuvres.

D’autres actions de sensibilisation sont menées auprès des étudiants de l’enseignement supérieur. L’Hadopi collabore, par exemple, avec le CROUS de Paris pour doter les étudiants d’un kit pédagogique sur le droit d’auteur et sur l’offre légale. L’Autorité mène aussi des actions de sensibilisation ponctuelles auprès des étudiants, comme cela a été le cas récemment au sein de l’école des Mines Télécoms de Nantes.

Aujourd’hui, je souhaite que l’action de l’Hadopi, sous ma présidence, permette de donner une dimension nouvelle à ces actions d’information et de sensibilisation. Un important projet de généralisation de ces ateliers est en cours de réalisation. L’objectif est de couvrir l’ensemble des académies et le plus d’établissements scolaires possible grâce à l’appui d’associations professionnelles intervenant dans les classes.

Parce qu’une lutte accrue contre le piratage doit nécessairement comporter, outre les moyens d’action destinés à s’attaquer aux sites massivement contrefaisants et à juguler les pratiques illicites de mise en partage par les internautes d’œuvres sur les réseaux pair à pair, un volet pédagogique, l’Hadopi doit pouvoir mettre sa notoriété et l’expertise acquise par ses équipes au service d’une politique ambitieuse en matière d’éducation à un comportement citoyen dans l’univers numérique et plus particulièrement dans l’univers numérique culturel. Un tel objectif contribue, non seulement au combat d’intérêt général en faveur du droit d’auteur et en faveur de l’essor de la création en ligne, mais également à la protection et à la formation des jeunes internautes face aux risques générés par l’accès à des sites illicites.

abonnez vous
Informations légales | Données personnelles