édito

France Stratégie : analyser, proposer, évaluer

Gilles de Margerie
Commissaire général
France Stratégie

France Stratégie a pour mission d’enrichir le débat public et de fournir aux décideurs des instruments d’analyse et de prospective utiles à l’action publique, ainsi que des propositions de politiques publiques, avec une exigence constante de qualité et d’ouverture. A cette fin, nous publions une quarantaine d’études par an ; ainsi, dans la période récente : parvenir à l’objectif « zéro artificialisation nette » des terres ; faire baisser les émissions de CO2 des voitures ; prendre le tournant de l’agroécologie au niveau européen ; projeter les métiers de demain ; penser une répartition de l’emploi public plus équitable sur les territoires. Autant d’exemples d’analyses et de propositions originales et opérationnelles que nous avons versées au débat en 2019.

Notre programme de travail 2020 (1) est bâti autour de six axes correspondant chacun à un ensemble de politiques publiques : réussir la transition écologique vers un modèle de développement durable ; adapter le système productif aux défis du XXIe siècle ; construire des politiques efficaces de progrès social ; faire baisser structurellement le chômage ; anticiper l’avenir du travail et de son organisation ; viser un développement équilibré et diversifié des territoires.

L’évaluation des politiques publiques est également au coeur de nos missions. Pour ce faire, nous échangeons étroitement avec un ensemble de parties prenantes et d’administrations, dont celles de Bercy. Le premier rapport sur la réforme de la fiscalité du capital (2) a présenté, à l’automne dernier, une revue de littérature et une exploitation de données inédites. Le comité d’évaluation de la Loi Pacte publiera son premier rapport cette année. Avec l’Inspection générale des finances, nous assurons également le secrétariat du comité de suivi de la mise en oeuvre et d’évaluation des mesures de soutien financier aux entreprises confrontées à l'épidémie de covid-19 (3), que préside Benoît Coeuré.

Face à la crise que nous traversons, un devoir d’imagination collective s’impose à nous : il nous faut repenser notre modèle de développement de manière plus soutenable, pour préparer l’avenir. Nous avions lancé en début d’année un important cycle de séminaires sur les « Soutenabilités » (4), dont le programme a rapidement pris en compte l’actualité, et la nécessité de préparer l’après-crise, avec notamment l’ouverture dès le début avril d’un espace contributif où la réflexion, les opinions et les propositions des citoyens et de toutes les parties prenantes pour préparer le monde « d’après » ont pu être accueillies et rendues accessibles.

abonnez vous
Informations légales | Données personnelles