édito

TECH.GOUV : le nouveau programme de l’État pour accélérer la transformation numérique du service public

NBH
Nadi BOU HANNA,
Directeur interministériel du numérique
et du système d'information
et de communication de l'État (DINSIC)
TECH.GOUV est le nouveau programme de l’État pour accélérer la transformation numérique du service public.

Elaboré en quelques mois depuis décembre, et peaufiné en itération avec les agents de la direction interministérielle du numérique et du système d’information de l’État (DINSIC) qui le pilote, le programme TECH.GOUV(1) a été dévoilé officiellement le 16 avril 2019.

Ambitieux, il a pour objectif l’accélération de la transformation des politiques publiques et des méthodes de travail des administrations, grâce au numérique.

TECH.GOUV est décliné en une stratégie qui cible 6 enjeux :
 

1. la simplification, car de nombreuses démarches sont aujourd’hui perçues comme trop complexes par les usagers ;
2. l’inclusion, car la finalité est de réduire la fracture territoriale grâce à la dématérialisation en permettant aux usagers d’accéder aux services publics, y compris lorsqu’ils en sont physiquement éloignés ;
3. l’attractivité, parce qu’en améliorant l’environnement de travail des agents, le numérique rend attractif l’État-employeur ;
4. la maîtrise, puisque ce n’est qu’en garantissant la maîtrise des infrastructures de données que nous serons en mesure d’accroître l’autonomie et préserver la souveraineté numérique nationale ;
5. les économies, car le numérique est un outil d’optimisation des dépenses publiques qui permet la création de services innovants, de qualité et à moindre coût ;
6. les alliances, car dans une logique de co-construction avec des partenaires issus du public (collectivités territoriales, administrations) et du privé (entreprises ou associations) il est possible de créer de nouveaux services numériques innovants et en phase avec les attentes de la société civile.

TECH.GOUV se distingue par le caractère évolutif de son contenu et de son calendrier : en fonction des objectifs, et des ressources qui lui sont alloués, mais surtout, des retours d’expérience, positifs ou négatifs, recueillis en cours de route. A la clé ? Hisser la France dans le peloton de tête des États numériques, à condition d’adopter une gestion horizontale et interministérielle de son plan d’action, en 8 missions répondants à deux grands axes.

Le premier axe est celui de la création de produits et services numériques pour développer de nouveaux usages. Il englobe les missions : de labellisation de solutions et d’outils numérique de qualités (Label) ; de construction d’une identification unifiée pour l’accès aux services en ligne des entreprises, citoyens et agents publics (IDNUM) ; la gestion et maîtrise du cycle de vie de la donnée de la collecte à la création de plateforme (DATA) ; et la construction et le maintien des infrastructures et services numérique mutualisés tel le RIE (INFRA).

Le deuxième axe est celui des expertises numériques qui accélèrent la transformation du service public. Il englobe les missions : de développement de la culture du pilotage et de la maîtrise du SI de l’État (PILOT) ; la professionnalisation de la filière numérique de l’État et l’accompagnement des managers à la prise en compte des leviers numériques (TALENTS) ; la diffusion et la mise en œuvre de la culture de la résolution des problèmes grâce à l’innovation, l’expérimentation et l’amélioration continue (FABRIQUE) ; l’appui à la transformation publique par le numérique (TRANSFO).

abonnez vous
Informations légales | Données personnelles